Partager
Version imprimable

Current Size: 100%

La collégiale Saint-Ythier à Sully-sur-Loire

L'église

Avant de pénétrer dans ce sanctuaire dédié à Saint-Ythier, nom d’un ancien évêque de Nevers, admirez le haut-relief situé au-dessus du porche d’entrée représentant Maurice de Sully au pied de Notre-Dame de Paris. En effet, cet enfant du pays né vers 1120 est à l’origine de la construction de Notre-Dame en 1163.

Entrez dans la cour du presbytère, puis traversez la chapelle Sainte-Anne qui était probablement l’ancienne sacristie. Accompagné d’un fond sonore religieux, vous découvrirez la collégiale Saint-Ythier, ancienne église seigneuriale qui se situait à l’origine dans l’avant-cour du château de Sully. Succédant à Notre-Dame de Pitié, succursale de l’église Saint-Germain, l’église fut agrandie et embellie en 1605 par le duc de Sully lui-même.

 

Son mobilier

Appartenant à la commune de Sully-sur-Loire depuis 1789, la collégiale Saint-Ythier possède un riche mobilier :

  • le devant de l’autel qui est fermé par un panneau de coffre du XVe siècle sur lequel sont sculptés en bas-relief le Christ et les 12 apôtres,
  • une piétà en bois du XVe ou XVIe siècle,
  • une Vierge de Douleur du XVIe siècle en bois polychrome,
  • une statue de Saint-Jean remontant au XIVe siècle en bois polychrome,
  • une très belle chaire en chêne massif, malheureusement dépourvue de ses évangélistes, qui date de l’époque du Duc de Sully c’est-à-dire du XVIIe siècle,
  • un orgue orné d’un buffet décoré de la fin du XVIIIe siècle.
  • Les vitraux datant de la fin du XVIe siècle sont aussi de véritables joyaux participant à la splendeur de l’édifice :
  • « L’arbre de Jessé » dans le chœur cerné des deux saints protecteurs : Saint-Ythier et Saint-Germain. Réalisé par Hercule Ruis maître verrier orléanais, ce vitrail représente la filiation humaine de Jésus.
  • « Le pendu dépendu » placée dans l’abside près de la nouvelle sacristie représente l’une des nombreuses anecdotes de la légende des pèlerins de Saint-Jacques-de-Compostelle. Cette œuvre de Pierre Bacon, maître verrier à Orléans date de 1850.
  • Au-dessus de la piétà en bois, remarquez le vitrail dédié à Notre-Dame-de-Pitié, réalisé aussi à la fin du XVIe siècle par un artiste de Gien.

Dans la nef, ne manquez pas la présence du caveau des Seigneurs de Sully signalé par le blason de la famille apposé sur une modeste pierre tombale.