Partager
Version imprimable

Current Size: 100%

L’église Saint-Martin à Guilly

L'église

C’est une des plus anciennes églises de la région édifiée en oratoire vers 650 par les moines de Saint-Benoît-sur-Loire qui traversèrent la Loire. Il ne reste de cet oratoire que les deux piliers intérieurs, carrés, sans décoration, simplement chanfreinés. Ce sanctuaire, à chevet plat, est percé d’une fenêtre en ogive. Les ailes adjacentes, utilisées aujourd’hui comme chapelles latérales, devaient servir autrefois de locaux annexes et sacristie. Chacune de ces ailes est éclairée par deux petites ouvertures, étroites comme des meurtrières.

Par la suite, cet oratoire fut agrandi pour devenir une petite église. Elle correspondait à la première partie de la nef actuelle, là où se trouvent les petites stalles de chêne. Pour réaliser cette construction, on avait taillé dans le mur d’entrée de l’oratoire une sorte d’arc. Ainsi fut créée la première partie de la nef.

Comme la charpente du plafond est d’un seul tenant on peut penser que la partie suivante de la nef, après les grilles du chœur et la sépulture, devait être affectée à divers usages profanes.

La troisième partie de la nef serait donc postérieure à 1830.

Vers 1850, on construisit une tribune à une hauteur de 3,80 m environ. Le plafond est fait de lamelles de châtaignier sur toute la longueur de la nef. Furent découvertes des solives provenant de « traverses » d’anciens bateaux de Loire réutilisées antérieurement dans le plafond !

L’église est composée d’un « caquetoire-porche » d’un très joli effet qui ceinture en partie les façades ouest et sud.

 

A l’intérieur :

  • un retable du XVIe siècle provenant de l’église des Cordeliers d’Orléans,
  • un tabernacle du XVIIIe siècle en bois sculpté, peint en blanc et doré, entouré de colonnes torses, avec de chaque côté des niches, garnies de petites statuettes de bois doré.
  • une statue de pierre polychrome XIVe-XVe siècles, dont le drapé ressemble à celui de la statuette d’albâtre de Notre-Dame-de-Fleury,
  • une toile ancienne représentant la conversion de Saint-Hubert ou bien de Saint-Eustache, ainsi qu’un ancien « banc d’œuvre » et une chaire lui faisant face.